Aller au contenu principal

À propos

Jacqueline Desmarais

Crédit photo: Bernard Brault

Philanthrope dans l’âme, Jacqueline Desmarais a mené une vie heureuse et bien remplie, consacrée à sa famille, à ses amis et au service des arts et de la communauté au Canada et à l’étranger. Née à Sudbury, en Ontario, le 20 septembre 1928, Jackie, comme on l’appelait affectueusement, a étudié à l’Université d’Ottawa pour ensuite exercer la profession d’infirmière.

Son amour pour la musique fut inspiré par son père Ernest Maranger. Elle était une chanteuse de jazz accomplie et, à l’âge de 20 ans, elle eut le grand plaisir de chanter « Sophisticated Lady » avec nul autre que Duke Ellington, au Standish Hall, un club à la mode situé à Hull. Par la suite, elle a développé une profonde passion pour la musique classique et l’opéra grâce à son cher ami et mentor, feu Pierre Béique, ancien directeur général de l’Orchestre Symphonique de Montréal, en l’honneur duquel elle a commandité le Grand Orgue de la Maison Symphonique de Montréal, construit au Québec par Casavant Frères.

Au cours des 40 dernières années, elle a grandement contribué à la vitalité du secteur des arts en offrant son soutien personnel à des musiciens, des chanteurs d’opéra, des orchestres symphoniques et d’autres organisations dont l’Opéra de Montréal et la Guilde de l’Opéra de Montréal, l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain, le Domaine Forget, le New York Metropolitan Opera, le Philadelphia Orchestra, le Concours musical international de Montréal, l’Institut Canadien d’Art Vocal, les Jeunesses musicales Canada et le Festival d’opéra de Québec. Elle a commandité le programme « The Met in HD », permettant ainsi la retransmission en direct d’opéras dans les salles de cinéma à travers le Canada. Jacqueline Desmarais portait un intérêt particulier à la carrière de nombreux jeunes artistes, les accueillant chez elle et leur donnant l’occasion de développer et de démontrer leur talent.

Jacqueline croyait aussi en l’importance de l’éducation, du développement communautaire et de la santé. Elle soutenait de nombreux organismes communautaires dont La rue des femmes, Centraide du Grand Montréal, la Fondation Jasmin Roy, l’Université de Montréal et la Fondation CHU Sainte-Justine, qui a inauguré en 2016 le Pavillon Jacqueline Desmarais en son honneur.

Entre autres distinctions, Jacqueline Desmarais a été nommée Grande officière de l’Ordre national du Québec, Commandeure de l’Ordre de Montréal, Compagne de l’Ordre des arts et des lettres du Québec, et promue Officier de l’Ordre du Canada. En France, elle a reçu le titre de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. De plus, l’Université de Montréal lui a octroyé un doctorat honoris causa, Opera Canada lui a remis un Prix Ruby, le Conseil québécois de la musique lui a remis le prix hommage 2014-2015 et elle a été intronisée au Panthéon canadien de l’art lyrique.

La vie de Jacqueline Desmarais a été inspirée, rythmée même, par la musique ! Ceux et celles qui l’ont côtoyée n’oublieront jamais son charisme, sa grande générosité et sa vivacité d’esprit.

Mission

Apporter une aide financière sous forme de bourses à de jeunes chanteurs d’opéra de citoyenneté canadienne ou résidents permanents du Canada.

Historique

La Fondation Jacqueline Desmarais pour les jeunes chanteurs d’opéra canadiens a été officiellement fondée en 1993, mais ce n’est qu’à partir de 1997 que sa structure actuelle a été établie. Une procédure de sélection des boursiers a alors été mise en place, de manière à favoriser les meilleurs espoirs canadiens, d’un océan à l’autre. Depuis, de nombreux chanteurs ont posé leur candidature dans l’espoir d’obtenir une aide financière de la fondation. 

Afin de sélectionner les lauréats des bourses de son programme d’aide, La Fondation Jacqueline Desmarais pour les jeunes chanteurs d’opéra canadiens organise chaque année des auditions à Montréal. À ce jour, plus de 120 chanteurs ont effectivement reçu des bourses de développement de carrière. Les chanteurs peuvent poser leur candidatures chaque année jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge limite établi à 32 ans. Ainsi, grâce à l’aide reçue, les boursiers de la fondation ont été en mesure de réaliser des projets déterminants. Plusieurs d’entre eux s’illustrent maintenant sur les scènes nationale et internationale.